Epargne alternative : des investissements peu communs

épargne alternativeLes placements sur les livrets réglementés tel que le Livret A ainsi que les assurances vie sont les placements préférés des Français. Cependant, on ne peut nier l’évidence : leurs taux de rendement baissent d’année en année. Alors que les Français sont les champions de l’épargne, celle-ci leur rapporte de moins en moins. Bien évidemment, des solutions existent quand on sait où chercher. Notre comparatif épargne permet de trouver les meilleurs livrets bancaires et assurances vie, notamment ceux qui tirent leur épingle du jeu. Mais on peut aussi vouloir se tourner vers des solutions plus originales et faire de son épargne une épargne alternative. En effet, des placements moins connus, et surtout plus originaux, existent. Et ils peuvent parfois rapporter gros. Faisons un tour d’horizon de ces placements pour se constituer une épargne alternative.

► Accéder au classement des meilleurs placements traditionnels

Epargne alternative : investir dans l’or

Commençons par un placement d’épargne alternative somme toute assez classique. L’or est souvent considéré comme une valeur sûre. Ironiquement, il est avantageux de revendre dans les périodes de disette économique, car les investisseurs se rabattent sur l’or et sa stabilité. Il faut donc être malin et savoir quand vendre et quand acheter. Des pertes sont bien évidemment possibles lors d’investissements tels que celui-ci.

Deux solutions pour investir dans l’or : acheter de l’or physique (appelé or d’investissement) ou l’or-papier, c’est-à-dire sous forme de titres. Dans le premier cas, on peut investir en passant par sa banque si elle propose un tel service, par un courtier, ou par un établissement spécialisé. Pour ce qui est des taxes, on peut soit se soumettre à un prélèvement de 8% de taxe forfaitaire sur les métaux précieux, ou le régime des plus-values sur les biens meubles à un taux de 32,5%, lequel porte sur les plus-values réalisées. Dans le second, on ne dispose pas physiquement de l’or ; on ne possède qu’un titre (obligation à coupon zéro à durée indéterminée ou fonds aurifère).

Il faut donc rester prudent malgré le statut de valeur refuge de l’or, mais il peut rapporter quand les conditions propices sont réunies.

Épargne alternative : investir dans une forêt

épargne alternative forêtAussi saugrenu que cela puisse paraître, on peut se constituer une épargne alternative originale et écologique. En effet, on peut devenir propriétaire d’une forêt. Il faut bien sûr s’attendre à devoir engager des frais importants et à un placement peu liquide de par sa nature. Le rendement ne sera pas forcément extrêmement élevé, mais il sera assez avantageux fiscalement.

On ne peut acheter qu’un domaine forestier privé, les forêts publiques étant gérées par l’État. Le marché est difficilement accessible car confidentiel, mais on peut trouver des intermédiaires.

Bien évidemment, posséder une forêt entraîne l’obligation de l’entretenir, d’assurer son boisement et de l’aménager. Pour que le plan simple de gestion obligatoire soit appliqué correctement, il faut donc une bonne connaissance de la gestion forestière, ou bien mandater une société spécialisée. Il faudra disposer de 300 000€ de  fonds disponibles au minimum pour espérer diversifier son épargne par une forêt. On peut bénéficier d’une baisse de l’impôt sur le revenu grâce à un tel investissement (25 % du prix d’acquisition du terrain) dans la limite de 5 700€, après au moins 8 ans de détention.

Epargne alternative : la tontine

La tontine est placement extrêmement ancien et peu connu du grand public. Sa création remonte ainsi au 17ème, cette épargne alternative devant son nom à un banquier italien, Lorenzo Tonti. Ce produit peut s’apparenter aux contrats assurance vie.

En effet, ce produit d’épargne alternative est ce qu’on appelle une association collective d’épargne viagère. Ce placement se fait sur du très long terme, et peut être intéressant.

Alors, comment fonctionne la tontine ? Un ensemble d’épargnants, au moins 200, forme une association est versent chacun une somme d’argent, en une seule fois ou de manière périodique selon le contrat. La durée est déterminée à l’avance, et est généralement de 20 à 25 ans. L’argent est bloqué pendant cette période.

Deux types de contrats existent : l’association en cas de vie, et celle en cas de décès. Pour la première, l’argent est redistribué aux épargnants au moment de la dissolution du contrat. Si l’un d’eux est décédé, sa part sera partagée entre les autres adhérents. La fiscalité appliquée est celle de l’assurance vie. Dans le deuxième cas, les intérêts sont reversés aux héritiers de la personne décédée, et les frais de succession s’appliquent. L’investissement peut rapporter jusqu’à 5,50% à terme, et donc être un placement au meilleur rendement.

Epargne alternative : investir dans le cinéma

épargne alternative cinémaTout comme pour les investissements présentés précédemment, une épargne alternative constituée d’investissements dans des œuvres d’art nécessite une bonne connaissance dans ce domaine. Le moyen principal pour investir dans le cinéma est de passer par des Sofica (sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel). C’est par le biais de celles-ci que des fonds privés sont recueillis pour participer au financement de projets cinématographiques. Les personnes investissant dans les Sofica bénéficient par la suite dune partie des recettes générées par l’œuvre financée.

A noter qu’elles doivent investir dans des productions de langue française, et les fonds collectés (ou tout du moins, au minimum 90% d’entre eux) doivent être réinvestis dans le projet dans les 12 mois après la date d’immatriculation de la société. 30% des sommes versées peuvent être déduites des impôts, sous certaines conditions (par exemple, une détention de parts de Sofica pendant au moins 5 ans). Un tel investissement est une nouvelle fois risqué.

Ces placements ne sont qu’un aperçu des investissements qu’on peut choisir dans l’optique de se constituer une épargne alternative, diversifier son portefeuille et se détacher des livrets et assurances vie. Cependant, la plupart d’entre eux nécessitent une bonne connaissance de domaines complexes et très spécifiques. Ces placements d’épargne alternative sont donc une bonne opportunité pour investir dans un sujet qui nous passionne ; on peut allier l’utile à l’agréable, les rendements à sa passion. C’est pourquoi les produits plus traditionnels restent préférables pour ceux qui n’ont pas une grande connaissance des marchés financiers.

Comparez les rendements

1 réponse à “Epargne alternative : des investissements peu communs”

par Malcoco - 27 juillet 2017 Répondre

Bonjour ,

une erreur s’est glissé dans la description de la tontine. En cas de décés, les fonds versés aux heritiers sont exonéré de droits de succession. En effet l association epargne viagere et couplé à un contrat de prevoyance. Les beneficiaires percoivent un capital revalorisé ( ou pas , en fonction du choix à l adhésion) en franchise de droits de succession. Le principe tontinier est bien resumé!

On vous donne la parole, participez au Forum Capitaine Epargne !