Épargne utile…pour qui ? Et comment ne pas se tromper ?

épargne utileL’épargne utile semble être de plus en plus tendance ? Car se créer une épargne a toujours été tendance en France, nous sommes même l’un des champions Européens de l’épargne avec un taux moyen de plus de 15% rapporté aux revenus. Alors pourquoi s’orienter vers de l’épargne utile ? Et puis ça veut dire quoi exactement « utile » dans ce cas ?

Épargne utile : qui doit en profiter ?

Pour nous, disons le tout de suite, l’épargne utile, c’est tout d’abord quand l’épargne rapporte à son propriétaire et pas à sa banque ! Nous reviendrons dans la suite de cet article sur l’épargne éthique et solidaire mais comme le dit l’adage, charité bien ordonnée commence par soi-même : voyons donc comment faire pour que l’épargne rapporte plus à son propriétaire qu’à sa banque.

Même si c’est historique, il faut bien constater que pendant des années et des années, la financiarisation de l’économie a surtout profité aux banques. Autrement dit, l’épargne a surtout servi le système financier. En effet, sur les produits d’épargne « classiques », Les banques gagnent de l’argent non seulement grâce à la marge qu’elles-mêmes peuvent faire sur les produits financiers mais aussi et surtout les frais astronomiques qu’elles appliquent.

En étant pragmatique, quand on cherche à épargner utile, il s’agit surtout de l’épargne classique, bien avant que l’épargne éthique ne se développe. Il est donc question d’épargne sans risque comme le livret A, les livrets bancaires ou encore l’assurance vie en euros. Ce type d’épargne utile représente plus de la moitié de l’épargne Française totale.

Que font les banques de cette épargne utile ?
Depuis des années déjà, même avant le crise de 2007-2008, les banques ont besoin de fonds propres pour pouvoir elles-mêmes emprunter et investir sur les marchés financiers. Et c’est comme ça qu’elles gagnent énormément d’argent. Pour prendre un exemple très simplifié, pour pouvoir investir dans un marché où elles peuvent gagner 20, il faut qu’elles investissent 100. Pour investir 100, elles ont besoin d’emprunter 50 (disons qu’elles disposent déjà de 50), pour pouvoir emprunter 50, il faut qu’elles prouvent qu’elles sont solides en bloquant 10 de côté. Et bien, ces 10 de côté, ça peut être une partie de l’épargne utile de ses clients.
épargner utileVotre épargne leur est donc très utile puisque grâce à vos 10, au final, elles pourront peut-être gagner 20. Ce n’est qu’un exemple tout à fait critiquable, proportionnellement, les 10 ramènent 2, etc…Tout ça simplement pour illustrer que même un épargne sécurisée peut rapporter beaucoup à la banque indirectement.

Or les rémunérations de ces produits sont très basses. Certes sur le livret, l’argent reste très disponible et il ne présente aucun frais mais ce n’est pas une raison pour proposer ces taux moins bons que ceux du livret A !!! Heureusement, certaines banques font des efforts comme le montre notre comparatif livret épargne.

Mais quand on parle d’épargne utile surtout aux banques, c’est en particulier pour l’assurance vie en euros !!!
En effet, ce placement est devenu le placement préféré des Français. Or sur ce dernier, les banques se lâchent en terme de frais : frais d’ouverture, frais de versement, frais des gestion…
Franchement de qui se moque-t-on ? Il n’y a rien de plus simple que la gestion de l’assurance vie en euros. La banque qui le gère n’aura quasiment rien à faire et pourtant certains sont prêts à prendre jusqu’à 2% de frais en tout alors que la meilleure assurance vie euros 2016 rapportent autour de 3%/an !

Pour bénéficier d’une épargne utile avant tout à soi et non à sa banque, il faut vraiment bien choisir son assurance vie pour ne pas se faire assommer de frais bancaires :

►Trouvez la meilleure assurance vie

Épargner utile : l’économie sociale et solidaire

Pour épargner utile, il faut aussi savoir à qui profite ses placements indépendamment des banques. Ces dernières années, en particulier depuis la crise financière, un nouveau monde de l’économie a vu le jour : l’économie sociale et solidaire.

Ce concept, encadré par la loi, regroupe des entreprises sous forme de coopératives, mutuelles, fondations…dont le développement est fondé sur l’utilité sociale et la solidarité. Le profit individuel est proscrit et les bénéfices sont réinvestis.

Le courant existe vraiment mais le label étant large dans sa définition et la tendance alléchante, il n’est vraiment pas si simple d’identifier qui est vraiment dans cette démarche et qui surfe sur la vague. De plus, pour placer une épargne utile dans le domaine, il y aura de toute manière des intermédiaires financiers pour faire le pont entre ces entreprises labellisées « sociales et solidaires » et les investisseurs.
Et logiquement, la tentations peut être grande de labelliser des fonds d’investissement qui au final ne rassembleront pas forcément toutes ses convictions.

Tentatives d’identification de placements utiles

epargner utilementConcernant les livrets solidaires, nous recommandons une extrême prudence car quasiment toutes les grandes banques nationales jouent la carte du livret d’épargne utile ou du livret régional, dont les fonds peuvent effectivement servir l’économie locale mais pour lesquels les rémunérations sont catastrophiques !!! On est en général entre 0,5% et 1% brut là où le livret A est à 0,75% net et les meilleurs livrets à 1,5% bruts. Si c’est vraiment un livret que l’on souhaite ouvrir, autant prendre le meilleur livret et faire des dons avec les intérêts que l’on aura gagnés en plus. Vous pouvez néanmoins regarder ce qu’il se passe du côté du livret Autrement MAIF.

Concernant l’assurance vie en euros, la problématique est un peu la même que pour le livret, les investissements ne se vont pas directement sur telle ou telle entreprise, il est donc difficile de trouver de l’épargne utile en assurance vie euros. Néanmoins des initiatives existent et des fonds comme le contrat Solidaire Crédit Agricole ont été labellisés par Finansol (label pour la finance solidaire). La part de 5 à 10% libre d’investissement d’un fonds en euros étant investie sur des projets solidaires. Mais objectivement nous n’avons pas trouvé ça très clair et ce qui est sûr, c’est que les frais de gestion que l’épargnant va payer seront sur 100% des sommes investies. Nous recommandons plutôt de prendre la meilleure assurance vie euros et de donner directement une partie des intérêts à l’association de son choix.

L’assurance vie en unités de compte propose quant à elle un véritable choix d’investissements utiles à priori, tout comme des investissements boursiers. Rappelons que l’assurance vie UC n’offre pas de garantie sur les sommes investies, comme en bourse d’ailleurs. Pour en savoir plus sur cette façon d’épargner utilement, nous vous conseillons de vous fier à ce portail du Service Public.

Enfin, pour nous, rien de tel que de passer par les produits d’épargne qui ont le meilleur rapport rendement/coût pour que la banque ne se serve pas en premier puis de faire des dons avec les intérêts gagnés. Pour faire des dons que ce soit dans de l’investissement solidaire et/ou local, vous pourrez trouver les projets qui correspondent à vos aspirations sur des plateformes de financement participatif comme Ulule par exemple.

Comparez les rendements

On vous donne la parole, participez au Forum Capitaine Epargne !